image

Il n’y a pas d’animateur radio parfait. A la limite un directeur d’antenne trouvera qu’untel est parfait pour sa radio. D’ailleurs certainement qu’une majorité d’auditeurs en penseront de même mais « On ne peut pas plaire à tout le monde ».
Il n’y a pas de profil type. Cependant, je pense que dans le métier 99,9% des gens vous répondront ce que je crois être un début de réponse que je vais décrire ci-dessous.

Il parle pour l’auditeur
Un bon animateur radio c’est quoi ? C’est une personne qui sait dans quel média elle se trouve. C’est-à-dire qui connaît la ligne éditoriale de la radio et la respecte. C’est quelqu’un qui sait rendre l’auditeur à l’aise, lui donne de l’importance.
Aussi, même s’il est le plus souvent passionné, il ne fait pas de la radio pour lui et son égo, mais il le fait pour les auditeurs. Le bon animateur c’est celui qui saura fédérer et créer une communauté d’auditeurs autour de lui, de son personnage. Si il arrive à faire cela, il est fréquent qu’à la moindre absence le standard ne cessera de sonner pour savoir pourquoi on ne l’entend plus alors qu’il vient seulement de prendre quelques jours de congés.
Le bon animateur radio fait du social et est sociable tant à l’antenne qu’hors antenne. Il « chouchoute » ses auditeurs et ses invités et le tout sans compter ses heures.

Il est cultivé
Un bon animateur radio c’est quoi ? C’est un peu de tout ça, même beaucoup, et bien plus… C’est une recette que le directeur d’antenne élabore en fonction de la ligne éditoriale, de ses objectifs, de ses capacités et de ses moyens (bien souvent résumés aux côtés financiers…).
Un bon animateur radio c’est presque un humain idéal, sauf qu’il parle au micro. C’est une personne qui doit être cultivée. En effet, cela l’aidera grandement pour élaborer ses sujets, simplifiera la compréhension de ceux-ci, la recherche et ainsi de suite.
De plus, si il est cultivé il trouvera plus facilement, même naturellement des sujets. De même, lors d’interviews, face à quelconque invité ou auditeur il ne sera pas perdu afin de réagir, rebondir et faire vivre son émission.
Bref, un bon animateur radio révise ses classiques et est à l’affût des nouveautés. Il est amateur de musique, dévore les livres et journaux et est aussi cinéphile. Pour autant il ne reste pas enfermé dans une salle de cinéma avec des écouteurs sur les oreilles et un livre à la main… non, il va dehors, au musée, rencontrer des gens, découvrir la nature etc. Car la culture ce n’est pas simplement les « arts nobles », c’est aussi autrui, la nature, le monde !

Il se remet en question
Peut-on aussi se permettre de dire qu’un animateur radio doit être un éternel angoissé ? Dans un sens oui. Pourquoi ? Car il ne doit pas être sûr d’être le meilleur, de tout réussir et que la radio lui doit tout. Non, non et non ! Il doit sans cesse se remettre en question et proposer de nouvelles choses. Ainsi, l’auditeur n’aura pas l’impression sans cesse d’entendre la même chose.

Du charisme
Déjà, avec tout ceci on peut assurer que l’animateur radio est quelqu’un de spécial, il dégage quelque chose de particulier, il a une aura, un charisme important qui passe à travers les ondes et appâte l’auditeur. Attention ! Il ne suffit pas d’attirer l’auditeur, il faut aussi savoir le garder. C’est donc là qu’un « bon animateur radio » montrera qu’il est réellement bon. Ainsi après avoir attraper les auditeurs il les gardera dans ses filets grâce à tout ce que nous avons dit précédemment. C’est-à-dire qu’en ne faisant pas dans la redondance, grâce à sa culture (sans pour autant en faire un étalage), l’auditeur aura la sensation qu’on ne parle qu’à lui, que pour lui et enfin une véritable relation de confiance s’instaurera.

C’est un caméléon
Un bon animateur radio c’est aussi celui qui grâce à son écoute d’autrui et du monde qui l’entoure, sa sociabilité, son talent (oui, s’il réunit tout cela il en a, qu’il soit inné ou d’expérience), sa culture et son respect de le ligne éditoriale saura animer n’importe quelle tranche horaire qu’on lui demandera de prendre en charge. C’est un peu un caméléon. C’est à la fois monsieur tout le monde et quelqu’un de (très) spécial.

C’est vous ?
Un bon animateur radio c’est enfin celui qui aime la radio dans laquelle il officie, il la représentera, lui sera attentif en l’écoutant régulièrement et saura donc à l’antenne ne pas la trahir et bien entendu ne pas trahir les auditeurs.
Un bon animateur radio c’est tout ça, c’est un peu de nous, beaucoup de lui, un peu de lui, beaucoup de nous. C’est peut-être vous !

Publicités

image Ah vous êtes, nous sommes et avons était nombreux dans ce cas ! Dans la radio dans laquelle je travaille, ainsi que dans toutes les radios, les demandes de stages arrivent en nombre.
Que ce soient des jeunes pour un stage de découverte, des moins jeunes dans un cursus universitaire ou encore des personnes en reconversion, on voit un peu de tout.
Je ne m’occupe pas de ces demandes, cependant, nombreuses sont les personnes à me demander au détour d’une conversation comment faire.
Comme toujours, il n’y a pas de recette miracle !
Cependant, une première chose : et là je vais parler d’un fait réel. Déterminez bien votre choix professionnel et le pourquoi de ce stage que vous souhaitez/devez faire. Car, pour la petite histoire, nous avons déjà eu un jeune-homme qui nous a écrit une très sympathique lettre de motivation (ceci n’est pas ironique) qui souhaitait être, plus tard, graphiste et c’est pour cela qu’il aurait aimé intégrer le temps d’un stage notre média… Je sais qu’Internet et son ominprésence de graphisme est aujourd’hui indispensable, mais quand on a lu cela on lui a répondu que malheureusement cela ne correspondait pas du tout à son orientation future mais que grâce à nos contacts (c’est l’un des grands avantages de travailler dans un média, on accumule les contacts, bons comme mauvais) nous lui fournissons une liste d’entreprises de graphismes et web avec lesquelles nous avions déjà travaillé.
Bref, vous l’aurez compris avant toute chose il est important de déterminer réellement son projet. Ensuite, il faut savoir se vendre et montrer que nous savons auprès de quel média nous souhaitons postuler. Oui, même pour un stage il faut se battre !
Sachez que lorsque nous avons un stagiaire en radio, car c’est un métier passion, nous aimons grandement partager nos connaissances et pour cela, même si c’est un stage de quelques jours, on trouve toujours le temps de prendre quelques minutes et parfois plus pour montrer de nombreuses facettes de nos postes. Nous prenons du temps pour les stagiaires et faisons en sorte de créer des vocations sans pour autant les laisser dupes face à la difficulté d’un tel travail et surtout d’y obtenir un poste.
Jusqu’à présent, les stagiaires que j’ai vu défiler dans la radio où je suis ont tous été ravis, sont tous venus nous revoir, ont même remporter des concours pour leurs rapports de stage et certains ont même demander à être bénévoles au sein de notre équipe.
De voir une telle répercussion sur ces stagiaires est pour nous un véritable plaisir et de les voir évoluer l’est encore plus !
Il faut aussi admettre que si un stagiaire est bien traité, fourni un bon rrapport de stage, cela montre aux autres que nous sommes un bon lieu, un bon média et de bons « humains ». C’est un peu un moyen de communication aussi.
Les stagiaire nous apportent ainsi pas mal. Mais ce n’est pas seulement d’un point de vue image qu’ils nous aident. En effet, s’ils se montrent attentifs intéressés ils peuvent nous aider dans nos travaux. Ils nous arrivent même, lorsque la période le permet (par exemple hors saison), de proposer une émission (et en direct en plus), préparée et présentée par des stagiaires ainsi que l’un de nos journalistes. Et lorsque nous les préparons bien c’est avant tout une expérience et une chance incroyable pour eux et souvent pour notre antenne un excellent produit qu’ils nous offrent.

Bref, un stagiaire peut être un vent de fraîcheur et c’est à lui de faire montre de sa motivation de son intérêt.

Vous me direz « Ouais c’est sympa tout ça, mais comment avoir la chance de faire un stage en radio? ».

Et bien cela arrive dans un second article.

État  —  Publié: avril 7, 2013 dans Conseils pour réussir à la radio, Un peu de moi
Tags:, , , , , , , , , ,


image

Récemment un internaute m’a demandé comment présenter une émission. Son souci majeur était la question de savoir comment faire pour « planter le décor » de façon différente. Je vous avoue c’est une question que l’on se pose souvent lorsque l’on doit passer régulièrement à l’antenne.

Pas de panique ! Soyons tout d’abord réaliste, on va tenter les premiers jours de faire à chaque fois quelque chose de différent, mais très vite, et même bien plus rapidement que prévu on bloque. Alors là certains essayent de faire un patchwork. Mais est-ce réellement la solution ?

J’ai beaucoup réfléchi pour cet article, je l’avoue je sens qu’il ne répondra pas totalement à la question et je peux déjà affirmer que nous y reviendront d’une manière ou d’une autre.

Créez votre univers

Et si on prenait le problème dans un autre sens ? Allez on essaye ! Nous sommes d’accord il n’y a pas 300 termes pour dire « bonjour », « bienvenue » etc. Alors pourquoi ne pas faire de votre introduction d’émission une signature ? En effet, accaparez-vous ce moment, l’heure, la demie-heure ou bien plus, où vous serez au micro, c’est votre monde, votre chez vous. Bref, comme lorsque vous recevez un invité à votre domicile invitez l’auditeur à entrer dans votre univers. Bien plus, faites en sorte que vos « habitués » ne soient pas perdus et d’attirer de nouvelles têtes.

Ok, je vous l’accorde ce qui fait l’atmosphère particulière d’une émission c’est bien plus. Mais, (cela est mon avis personnel) je vous invite donc à soigner un minimum votre habillage. Pour cela il faut un générique de début, un générique de fin et des virgules qui permettront à tout moment de rappeler le nom de l’émission, sa couleur et d’annoncer certaines chronique etc.

En possession déjà de ces éléments vous pourrez démarrer votre animation de façon bien plus sereine.

Imaginons ainsi d’être au début de notre émission le générique de début part : « Emission Trucmuche sur Machin chose FM avec Geek2Radio » (waouh cette émission à l’air passionnante ! ), puis le générique continue, utilisez-le en tapis afin de prendre l’antenne.

Là nous avons déjà les premières pierres de posées permettant l’identification de l’antenne, la couleur et le ton de votre émission.

1001 « Bonjour » !

Et là que dire, comment présenter, introduire l’émission ? Comment donc planter le décor ? Ne pas dire « bonjour » est impoli, mais pour autant se contenter de cela est bien pâle… Ah c’est sûr être poli est une excellente chose, plus que ça il faut être chaleureux mais… les bonnes habitudes peuvent être irritables et devenir pour un auditeur qui vous retrouve de façon régulière un tic qui à la longue pourrait l’irriter. Je sais, cela ne répond toujours pas à votre question…

Bon, un conseil facile pour vous faire sourire : si votre émission a lieu le soir je vous invite déjà à ne pas dire « bonjour » mais « bonsoir » et inversement… Oui c’est évident mais pourtant, nombre de personnes qui font des chroniques enregistrées, et qui les enregistrent en journée pour une diffusion le soir, disent « bonjour ! », non mais là quand j’entends ça j’ai la sensation que l’on se moque de moi. La radio est un média qui doit s’inscrire dans le temps et votre émission aussi.

Donc oui il n’y a pas 150 mots différents pour dire « bonjour » ou « bonsoir » mais il y a mille et une façon de le faire. Tout dépend de votre couleur d’antenne, de votre ligne éditoriale et de si vous êtes seul face au micro ou entouré d’une fine (ou non) équipe !

Ainsi, avant de savoir « comment planter le décor » il faut déjà savoir comme saluer son auditoire. Pourquoi ? Car c’est la première chose que les auditeurs vont entendre. Vous voyez à quel point un simple petit terme d’introduction peut peser ?

Une question… une multitude de réponses

Oui, une simple question d’un internaute nous embarque dans une multitude de questions. J’ai dit énormément de choses tournant autour de cette question sans jamais y répondre. Je vais prendre ma défense : de un je n’en n’ai pas fini avec cette question, de deux en radio comme dans d’autres domaines, il n’y a pas de bonnes réponses, si je dis blanc demain quelqu’un pourra dire noir et même gris et pourquoi pas vert ! C’est ça la diversité des médias, des cultures, des goûts et c’est ce qui rend ces métiers si passionnants. Nous sommes sans cesse à la recherche de la perfection tout en sachant qu’on ne peut l’atteindre…

Bon continuons, si je suis honnête et que je ne veux pas me perdre en lieux communs et banalités, je ne peux en soit répondre à une telle question sans connaître le format de l’émission, la couleur de la radio, la constitution de l’équipe, si une émission passe avant ou non etc.
Il y a tellement de facteurs à prendre en compte.
<Encore un conseil, concret celui-ci, pour introduire votre émission soyez bref, car vous aurez tout le temps de votre émision pour développer.

Saluez donc vos auditeurs, faites votre sommaire en citant les invités (juste leur nom et pour quel organisme et/ou évènement ils sont là), si c'est une musicale en évoquant quelques titres, mais pas le premier qui passera juste après votre intro celui-ci vous l'annoncerez à son lancement, puis souhaitez leur une excellente émission à l'écoute de votre programme, et hop balancez la virgule pour attaquer réellement votre show. Ainsi vous briserez le rythme de l'énumération et pourrez entrer dans le vif du sujet !
Si c'est un jour particulier, genre la journée de la femme, vous pouvez prendre le parti de saluer (sans citer) les femmes de l'équipe, de la radio mais aussi les auditrices. Bon après cela est un choix car certains diront que l'on entend cela partout toute la journée, et c'est vrai, mais ne pas juste faire un clin d'oeil ne serait-il pas "impoli" ? Voire même une erreur ? C'est encore compliqué de répondre, mais faire au moins une micro référence me semble indispensable car que vous soyez en direct ou en différé cela vous inscrit dans le temps et montre aux auditeurs que vous êtes conscient du monde dans lequel vous vivez, attentif et aux petits soins pour eux !

Dernier conseil, soyez à l'affût, écoutez la radio, ce qui se passe autour de vous puis encore la radio, et vous verrez cela viendra tout seul (enfin presque) et n'oubliez jamais que l'émission vous ne la faites pas pour vous mais pour eux : les auditeurs !

La radio : sans cesse se remettre en question

Oui, j’ai pas répondu, je le SAIS, mais la réponse à une telle question est un chemin personnel que nous construisons chacun dans ce métier, chaque jour. Car chaque jour est un pavé de plus sur le chemin de la radiophonie vers cette perfection qui peut nous sembler parfois si proche et qu’on atteint jamais ! Pourtant je pense, je l’espère tout du moins, vous avoir donné quelques directions pour ne pas tomber dans une impasse. Surtout je ne peux répondre de façon trop catégorique, et si un jour quelqu’un le fait dites-vous que vous êtes face à un charlatan, car il n’y a jamais qu’une seule façon de faire.
Enfin, je pense que vous découvrirez plein de bonnes choses et façons de faire au fur et à mesure de vos recherches et, je le souhaite, sincèrement de mes articles.

Ah dernière (promis, c’est vraiment la dernière) chose, ne vous dites jamais que c’est bon vous tenez votre façon de faire car la radio c’est une éternelle remise en question. Sans ça votre carrière durera que le temps que votre « chef » le voudra ou le supportera.


image

Première fois que vous devez passer à l’antenne ? Vous devez dépanner l’animateur de votre station et le remplacer au pied levé ? Un invité vous a lâché ? Ou encore un souci technique empêche tout autre diffusion que ce qui se passe en studio ?
Bref, comme pour les écrivains et la peur de la page blanche, en radio on craint tous un jour ou l’autre ne pas savoir quoi dire… Pourtant il ya toujours de quoi dire et intéresser l’auditeur.

Tout d’abord un animateur radio doit savoir quel est son public et quelle est la ligne éditoriale de son antenne, sa couleur. Sans ça c’est sûr que ce sera plus compliqué de s’en sortir et surtout il est possible que vous ne fassiez pas long feu à votre poste.
Voici les premières questions à se poser : votre radio vise plutôt une tranche d’âge entre 15 et 25 ans, les 25-35 ans ou encore les 40 ans et plus ? Il s’agit d’une radio locale ou non ? Est-ce un média plutôt accès divertissement ou informations ? Et tant d’autres questions qui vous permettront de décrire l’antenne que vous devez/allez représenter fièrement au micro.

A partir de là il est certain que vous serez apte à cibler quels sont les centres d’intérêts de ceux qui vous écoutent et saurez ce dont ils ont besoin. C’est pour cela qu’au quotidien il vous faut être attentif à ce que peuvent dire les personnes externes. N’oubliez pas aussi de bien prendre en compte l’horaire auquel vous prenez le micro : est-ce une matinale ? A midi ? En journée ? Ou encore tardivement le soir ? En fonction l’auditeur ne souhaite pas entendre tel ou tel type de speach, n’est pas dans une situation physique et psychologique adéquate, il est en voiture, au bureau, en train de se réveiller, de s’endormir, de prendre son petit déjeuner et tant d’autres situations ! Je vous l’accorde à telle heure ils ne sont pas tous en train de rentrer chez eux après le travail mais c’est certainement le cas pour la majorité. Et puis, certaines heures sont plus adéquates pour tel ou tel type d’émission. Alors même si vous devez vous faire plaisir à l’antenne, n’oubliez jamais quel public vous visez et ce à quoi il prétend en vous écoutant à tel moment car c’est à eux que vous devez faire plaisir !

Vous l’aurez compris être animateur/présentateur radio c’est être prévoyant et au petit soin afin d’être aux petits soins de ces auditeurs !

Etre prévoyant c’est donc connaître son média et sa politique, connaître ses auditeurs et… être un minimum cultivé ! Je m’explique si vous vous renseigner un minimum sur les actualités qu’elles soient nationales, internationales, concernent la politique, un concert, un sport ou de tout autre ordre, que vous la notée, de même pour une blague ou un évènement particulier que vous avez pu noter, il vous sera possible d’utiliser de telles éléments au micro. Prenez sans cesse des notes, vous verrez à quel point cela est utile dans le monde de la radio au cours des divers articles propposés.
Autre option Internet, de nos jours il est possible de rechercher partout des informations en direct et ce dans tous les thèmes alors mixez tout ceci et vous aurez de quoi combler du temps de parole que vous craigniez ne pas réussir à remplir ! Enfin, n’oublier surtout pas de ne pas lire ou dans ce cas de retranscrire vos textes dans le registre de l’oralité (nous aborderons ceci dans un prochain article).

Á vous de jouer…. de parler !


image
Première fois que vous devez passer à l’antenne ? Vous devez dépanner l’animateur de votre station et le remplacer au pied levé ? Un invité vous a lâché ? Ou encore un souci technique empêche tout autre diffusion que ce qui se passe en studio ?
Bref, comme pour les écrivains et la peur de la page blanche, en radio on craint tous un jour ou l’autre ne pas savoir quoi dire… Pourtant il ya toujours de quoi dire et intéresser l’auditeur.

Tout d’abord un animateur radio doit savoir quel est son public et quelle est la ligne éditoriale de son antenne, sa couleur. Sans ça c’est sûr que ce sera plus compliqué de s’en sortir et surtout il est possible que vous ne fassiez pas long feu à votre poste.
Voici les premières questions à se poser : votre radio vise plutôt une tranche d’âge entre 15 et 25 ans, les 25-35 ans ou encore les 40 ans et plus ? Il s’agit d’une radio locale ou non ? Est-ce un média plutôt accès divertissement ou informations ? Et tant d’autres questions qui vous permettront de décrire l’antenne que vous devez/allez représenter fièrement au micro.

A partir de là il est certain que vous serez apte à cibler quels sont les centres d’intérêts de ceux qui vous écoutent et saurez ce dont ils ont besoin. C’est pour cela qu’au quotidien il vous faut être attentif à ce que peuvent dire les personnes externes. N’oubliez pas aussi de bien prendre en compte l’horaire auquel vous prenez le micro : est-ce une matinale ? A midi ? En journée ? Ou encore tardivement le soir ? En fonction l’auditeur ne souhaite pas entendre tel ou tel type de speach, n’est pas dans une situation physique et psychologique adéquate, il est en voiture, au bureau, en train de se réveiller, de s’endormir, de prendre son petit déjeuner et tant d’autres situations ! Je vous l’accorde à telle heure ils ne sont pas tous en train de rentrer chez eux après le travail mais c’est certainement le cas pour la majorité. Et puis, certaines heures sont plus adéquates pour tel ou tel type d’émission. Alors même si vous devez vous faire plaisir à l’antenne, n’oubliez jamais quel public vous visez et ce à quoi il prétend en vous écoutant à tel moment car c’est à eux que vous devez faire plaisir !

Vous l’aurez compris être animateur/présentateur radio c’est être prévoyant et au petit soin afin d’être aux petits soins de ces auditeurs !

Etre prévoyant c’est donc connaître son média et sa politique, connaître ses auditeurs et… être un minimum cultivé ! Je m’explique si vous vous renseigner un minimum sur les actualités qu’elles soient nationales, internationales, concernent la politique, un concert, un sport ou de tout autre ordre, que vous la notée, de même pour une blague ou un évènement particulier que vous avez pu noter, il vous sera possible d’utiliser de telles éléments au micro. Prenez sans cesse des notes, vous verrez à quel point cela est utile dans le monde de la radio au cours des divers articles propposés.
Autre option Internet, de nos jours il est possible de rechercher partout des informations en direct et ce dans tous les thèmes alors mixez tout ceci et vous aurez de quoi combler du temps de parole que vous craigniez ne pas réussir à remplir ! Enfin, n’oublier surtout pas de ne pas lire ou dans ce cas de retranscrire vos textes dans le registre de l’oralité (nous aborderons ceci dans un prochain article).


Etre animateur radio c'est bien plus que d'être une voix agréable que l'auditeur affectionne.

Il serait possible d’écrire un roman entier afin de présenter un tel métier car il existe divers « types » d’animateurs radio. Il y a le journaliste, le showman, l’animateurs musical, le reporter etc.

C’est pourquoi ici il a été fait le choix de présenter de façon globale ce métier qui est plus difficile qu’il ne peut paraître.

Présentation global

L’animateur radio peut se trouver seul ou accompagné de chroniqueurs dans le studio de l’autre côté de la vitre. C’est LA voix qui représente la signature d’une émission que l’on retrouve à une tranche horaire précise. S’il est accompagné ou seul a l’antenne c’est lui qui rythme l’émission, qui va donner la parole aux chroniqueurs et invités, prendre l’antenne, annoncer les pauses musicales ou publicitaires, citer le nom de la radio comme il se doit au moment idéal et interpeller l’auditeur. C’est le faire-valoir de l’émission.

L’animateur est là pour divertir le public, l’informer et répondre aux attentes de l’auditeur.

Pour réussir cela un bon animateur doit avoir une aisance orale parfaite et savoir s’adapter à la ligne éditoriale de la radio où il officie et la connaît donc bien.

Enfin, c’est un peu un caméléon car il doit savoir s’adapter à chaque situation et inviter.

Dans le fond

Un animateur radio on l’entend le plus souvent au minimum une heure à quatre heures par session à l’antenne de façon quotidienne ou hebdomadaire généralement. Pourtant, sauf quelques rares exceptions, l’animateur travaille bien plus que ça. En effet, son travail ne se résume pas à trouver les bons mots et à avoir la pêche nécessaire pour produire une émission au contraire, il y a un véritable travail en amont. Pour préparer une bonne émission l’animateur « lambda » travaille au moins le double de son temps d’antenne à tout organiser. Organiser, c’est-à-dire sélectionner les sujets, les préparer prendre contact avec les invités, s’organiser avec l’équipe, se tenir au fait de l’actualité en cas de sujet spécial (les grandes catastrophes par exemple). Un animateur doit travailler de façon quotidienne ses émissions et cela en ayant toujours des coups d’avance : il ne prépare pas son émission au dernier moment, il sait quel sera l’invité, le thème de l’émission qui aura lieu trois jours plus tard.

Bien entendu chacun a sa façon de travailler et tout peut dépendre du lieu de travail. Mais, au final c’est toujours lui qui est décisionnaire, c’est un peu le grand manitou de sa tranche horaire mais cela toujours dans le respect de la ligne éditoriale de la radio. Parfois, c’est lui qui décide directement des morceaux et à quel moment ils doivent passer. Cependant, et cela sera l’occasion d’un autre sujet il est important de rythmer de façon régulière son émission en passant à des moments précis des morceaux et la publicité afin que l’auditeur habitué ne se sente pas perdu. De plus, les publicités sont soumises à des règles de passages et d’horaires strictes.

L’animateur doit aussi savoir gérer sa personnalité et se montrer objectif sans donner un avis tranché sur certaines questions.

Enfin, l’animateur donne un maximum de son énergie lors du direct ou de l’enregistrement de son émission, peu importe l’actualité ou ce qui se déroule dans sa vie à ce oment précis, c’est un peu comme si une personne lambda enfiler un costume de super-héros à un horaire précis.

Formation

Il n’existe pas de formation idéale et spécifique pour devenir animateur radio mais quelques pistes peuvent ouvrir des portes. Cependant, il faut savoir qu’il y a très peu de places qui payent pour beaucoup de demandeur d’emploi dans le domaine.

Privilégiez votre culture générale et votre élocution.

Jusqu’à il y a encore peu de temps il n’existe pas d’organisme qui formait aux métiers de la radio, c’est encore l’un des rares milieux où l’on aime privilégier l’expérience.

Privilégiez donc les stages en premier lieu et n’hésitez pas à aller à la rencontre des personnes que vous pourrez y croiser et à vous faire apprécier (pas la peine de jouer les « lèche bottes » soyez naturel).

Après le lycée il est possible de se tourner vers divers parcours universitaires, il existe dans certaines facultés des filières journalistiques et médias du web, il y a aussi la possibilité de se tourner vers la filière Médiation culturelle et communication (plus connue sous MCC), la communication aussi peut être un bon point de départ ou encore tenter l’IUP Métiers de l’image et du son. Sinon il existe aussi des écoles privées comme la One School ou le Studio Ecole de France. Ces écoles sont pour la plupart, sinon la quasi totalité situé en région parisienne par contre, et ont un coup pouvant être élévé.

Salaire

Il n’y a pas de salaire précis, autant qu’il existe de radios il y a de possibilité de salaires… Cela va aussi bien du SMIC à 2500-3000 euros par mois. Certes, certains animateurs, les plus célèbres, atteignent des montants s’élevant à plusieurs dizaine de milliers d’euros mais est-ce réellement leur talent ou leur nom que l’on paye ici ?